Comment investir dans l’aérospatiale ?

logo

Keytrade Bank

keytradebank.be

L'espace a toujours fasciné. Cette fascination se retrouve non seulement dans le monde moderne, mais aussi dans les mythes et les légendes. Comme la Tour de Babel qui devrait atteindre le ciel. Ou la légende de Wan Hu, un Chinois qui a donné son nom à un cratère sur la lune. Il fut – probablement au 16e siècle – le premier « astronaute » au monde à se faire lancer dans l’espace depuis une chaise. Il aurait atteint une hauteur de... 30 centimètres.

Aujourd’hui, nous sommes déjà un peu plus avancés. Au cours des dernières décennies, une véritable économie spatiale a vu le jour grâce à la baisse des coûts de lancement, aux progrès technologiques et à l’intérêt croissant des investisseurs privés. Selon les données les plus récentes (2022), elle s’élève à 546 milliards USD, soit un peu moins que notre propre économie belge (583 milliards USD en 2022). Mieux vaut toujours faire des prévisions avec quelques précautions - 1 000 milliards USD d’ici 2040 ? - toutefois, il semble qu’il y ait peu de doute sur la direction que prendra cette économie spatiale : the only way is up.

Un ciel rempli d’étoiles et de satellites

Depuis l’entrée dans l’espace du premier satellite en 1957, plus de 11 000 ont suivi. La majeure partie au cours des cinq dernières années. Plusieurs de nos activités quotidiennes sont devenues dépendantes de ces satellites. Ils permettent les télécommunications et de se connecter à Internet dans (presque) tous les coins du monde. Ils sont également essentiels pour la navigation : sans satellites, nous aurions toujours une carte routière sur les genoux. Enfin, les satellites jouent également un rôle dans l’observation de la Terre, à des fins climatiques, militaires et autres. L’émergence de satellites plus petits – certains plus petits qu’un grille-pain – a ouvert la voie à un large éventail d’applications commerciales. Ces petits satellites peuvent être lancés en grand nombre et à des coûts beaucoup plus réduits, ce qui a considérablement démocratisé l’accès à l’espace.

Fusées réutilisables

Qu’il s’agisse de l’IA ou de l’automobile, il suffit parfois d’une seule technologie révolutionnaire pour déclencher une vague d’autres innovations. Il en va de même dans le secteur spatial. Le développement de fusées réutilisables, un concept qui semblait autrefois de la science-fiction et qui est désormais devenu réalité, avec des entreprises pionnières comme SpaceX et Blue Origin, s’inscrit peut-être dans ce cadre. Cette évolution réduit non seulement le coût des vols dans l’espace mais augmente également la fréquence avec laquelle les missions peuvent être effectuées. Aujourd’hui, si vous voulez envoyer un satellite ou un autre objet en orbite autour de la Terre, vous n’avez plus besoin de vous adresser à la NASA ou à une autre organisation spatiale. Vous pouvez « simplement » demander une offre en ligne auprès de l’une des entreprises privées qui effectuent des lancements avec des fusées (réutilisables).

Un aller-retour sur la lune

L’émergence du tourisme spatial constitue un autre aspect passionnant. Bien que ces vols soient actuellement réservés aux personnes disposant des portefeuilles les plus garnis, les coûts devraient diminuer à mesure que la technologie deviendra plus mature. Cela témoigne également de l’évolution remarquable d’un secteur qui était autrefois uniquement détenu par les autorités nationales mais qui constitue, à l’heure actuelle, de plus en plus un terrain de jeu pour les entreprises privées. L’avenir du voyage spatial pourrait en outre devenir encore plus fascinant avec le développement de la deep space exploration. Alors que la lune et la station spatiale internationale ISS ont été les principales destinations pour les vols dans l’espace humains, certains entrepreneurs rêvent déjà d’autres destinations.

Blog body-StationMars

Extraction de métaux et capture des rayons du soleil

Au fur et à mesure que l’accès à l’espace deviendra plus démocratique, de nouvelles applications devraient également voir le jour. Le développement de stations spatiales commerciales constitue l’une de ces possibilités. Ces stations peuvent servir de centres de recherche et de tourisme et offrent des environnements uniques pour des expériences impossibles sur Terre.

L’extraction de métaux précieux et de minéraux rares sur la lune ou les astéroïdes est également une entreprise potentiellement lucrative dont quelques entreprises s’occupent.

En outre, des recherches sont également menées sur le concept de « space-based solar power » - cette idée consiste à collecter l’énergie solaire dans l’espace et de l’envoyer sur la terre. Même si elle n’en est qu’à ses balbutiements, cette technologie promet une alimentation en énergie permanente.

Peu de poissons dans l’étang d’investissement

Le secteur spatial compte un nombre croissant de pure players. La grande majorité de ces entreprises n’est pas cotée en bourse. La plupart se concentrent sur le transport de satellites dans l’espace et la fourniture de communications de données sans fil, mais aussi sur des niches telles que le tourisme et le fret dans l’espace. Quelques pure players qui sont néanmoins cotés en bourse : Intuitive Machines, Astra Space, Rocket Lab, Iridium Communications, Spire Global, Planet Labs, EchoStar et Viasat.

L’univers d’investissement avec les pure players est donc encore relativement réduit. Pour les investisseurs qui ont tenté leurs chances, le parcours était loin d’être sans embûche jusqu’à présent. Virgin Galactic Holdings est l’une des (nombreuses) déceptions. À son plus haut niveau, l’entreprise de Richard Branson affichait un cours supérieur à 55USD . Entre-temps, l’action est passée à un cours flottant autour de 2USD . De telles implosions de cours se produisent naturellement aussi dans des thèmes et secteurs moins aventureux. Toutefois, investir dans un thème qui n’en est qu’à ses balbutiements accentue encore cette imprévisibilité.

Comment répartir le risque ?

Pour les investisseurs qui souhaitent exploiter le potentiel de l’industrie spatiale, mais qui sont attentifs à la volatilité et au caractère risqué des actions individuelles, des stratégies alternatives peuvent être envisagées. C’est par exemple possible en investissant (également) dans des entreprises plus établies où l’aérospatiale n’est qu’un des nombreux secteurs dans lesquels elles sont actives. Certaines grandes entreprises de défense comme Lockheed Martin et Northrup Grumman sont par exemple aussi impliquées dans l’industrie spatiale, tout comme les constructeurs d’avions Boeing et Airbus.

Une autre manière ou une méthode supplémentaire consiste à investir dans des fonds d’investissement ou des trackers axés sur l’aérospatiale et les technologies connexes. Ceux-ci offrent la possibilité d’investir dans un portefeuille diversifié d’entreprises ayant un lien direct avec l’aérospatiale. La nature diversifiée des ETF signifie que même si une ou deux sociétés de l’indice subissent des revers, la performance d’autres sociétés peut compenser ces pertes. Attention : ces trackers comportent toujours des risques plus élevés. Le secteur spatial est encore relativement tôt dans son cycle de développement et reste fortement soumis à des hausses et des baisses.

Vous recherchez des trackers ou des fonds sur le thème de l’aérospatiale ?

  • Connectez-vous à Keytradebank.be sur votre ordinateur portable ou de bureau
  • Cliquez en haut sur Avancé, à côté de Recherche par nom d’instrument, symbole ou lSIN
  • Cochez Tracker et/ou Fonds
  • Lancez une recherche sur le terme Space

D'autres articles qui pourraient vous intéresser