Comment rendre un portefeuille d’investissement résistant à l’inflation ?

Geert Van Herck

Geert Van Herck

Chief Strategist KEYPRIVATE

Les pays industrialisés occidentaux connaissent une véritable vague d’inflation. Après une longue période d’inflation plutôt stable, les prix des biens et des services sont clairement à la hausse.

Pour les épargnants, cette inflation élevée est néfaste : à l'heure actuelle, le livret d’épargne traditionnel constitue un placement déficitaire. Ils ne perçoivent presque pas d’intérêts et leur pouvoir d’achat diminue considérablement. Comment l’épargnant belge peut-il protéger son patrimoine ?

Le graphique 1 laisse peu de place à l’imagination. Depuis 2021, toutes les principales régions économiques connaissent une forte hausse de l’inflation. Aux États-Unis et dans la zone euro, l’inflation est supérieure à 7 %. Nous n'avions plus connu de tels chiffres depuis plusieurs années.

En outre, ces chiffres d’inflation sont largement supérieurs à l’objectif de la Banque centrale européenne (BCE) dans la zone euro. La BCE aspire à une inflation moyenne de 2 %. Dans les prochains mois, nous pouvons nous attendre à un resserrement de la politique monétaire dans la zone euro (= une hausse des taux à court terme officiels dans la zone euro).

Graphique 1 : inflation dans les pays industrialisés occidentaux

inflation in Western industrialised countries
Source : Amundi

Avant d’aborder les causes de la vague d’inflation actuelle, nous voulons expliquer pourquoi l’inflation est l’ennemi numéro un, surtout pour l’épargnant belge. .

Nous parlons d’inflation lorsque les produits et services deviennent plus chers. Une inflation moyenne de 2 % est considérée comme saine pour l’économie. Cela n’oblige pas les gens à reporter leurs achats parce qu’ils s’attendent à des prix inférieurs dans un avenir proche. Malheureusement, l’inflation signifie également que votre pouvoir d’achat est érodé si le taux d’intérêt de votre épargne lui est inférieur.

Autrement dit, supposons que votre épargne reste la même et que l’inflation s’élève à 2 % par an, votre argent vous permettra d’acheter 2 % de biens et services en moins après un an.

Aujourd’hui, une inflation de 8,3 % signifie pour l’épargnant belge un rendement réel négatif d’environ 8 % (0,11 % de taux d’épargne – 8,3 % d’inflation en avril 2022). Votre pouvoir d’achat diminue donc de 8 %.

D’où vient cette vague d’inflation ?

La réponse est assez simple : le marché des matières premières.

Après la forte baisse des prix des matières premières de 2008 à mi-2020, la tendance s’est fortement inversée depuis.

La reprise économique vigoureuse qui a suivi le premier confinement a permis aux marchés des matières premières de rebondir. Les prix du pétrole, du gaz naturel, du cuivre, de l’aluminium et du blé ont grimpé. Les entreprises confrontées aux prix plus élevés des matières premières les ont répercutés (en tout ou en partie) sur leurs clients. Nous avons ainsi assisté à une hausse du niveau général des prix

Graphique 2 : Indice CRB des matières premières

CRB commodity index
Source : Bloomberg

Déficit

La pénurie de biens électroniques spécifiques constitue une raison supplémentaire (et spécifiquement pour l’environnement macroéconomique actuel) qui explique la hausse actuelle des prix. Les entreprises occidentales ne peuvent pas s’en passer dans leur processus de production.

Nous pensons ici surtout aux semi-conducteurs intégrés dans les ordinateurs et les voitures. Les principaux centres de production de semi-conducteurs se situent en Extrême-Orient (Taïwan, entre autres) et ces usines ont longtemps été mises hors-jeu en raison d’une politique très stricte en matière de coronavirus. Le consommateur occidental continuait, lui, à acheter des ordinateurs, des téléviseurs et d’autres appareils électroniques. Conséquence : un déséquilibre entre l’offre et la demande, ce qui a mis les prix sous pression à la hausse (voir graphique 3).

Graphique 3 : pénurie mondiale de semi-conducteurs

Global shortage of semiconductors
Source : S&P Global

Comment préserver l’argent épargné contre cette inflation élevée ?

C’est la question que tous les épargnants se posent. Voici quelques solutions possibles pour un portefeuille diversifié :

  • Dans le volet obligataire, les investisseurs peuvent opter pour une pondération plus importante des obligations liées à l’inflation (voir aussi notre article du 2 décembre 2021 : « Peur de l’inflation ? Avez-vous déjà pensé à l’exploitation minière ? »). Sur notre plateforme, nous proposons un certain nombre de trackers qui suivent le marché des obligations liées à l’inflation.
  • Dans la partie actions, il est possible de faire de la place pour une pondération plus importante en matières premières. Le graphique 4 illustre l’évolution de l’indice STOXX Europe 600 Basic Resources, un indice sectoriel qui regroupe les principales sociétés européennes de matières premières. Rio Tinto, ArcelorMittal et Anglo American sont quelques-unes des grandes actions de ce secteur. Les grandes entreprises pétrolières profitent, elles aussi, de la hausse des prix du pétrole et ont déjà enregistré d’excellentes performances ces deux dernières années. Les corrections dans ces secteurs peuvent constituer une opportunité pour les investisseurs. Nous avons à nouveau sur notre plateforme des fonds et des trackers gérés activement qui investissent dans ces secteurs.
  • Enfin, une partie (10 % - 15 %) du portefeuille de placements peut également être investie dans des matières premières. Ainsi, dans notre gestion de fortune discrétionnaire de Keyprivate, nous utilisons un tracker qui suit les prix des métaux industriels. En outre, il existe aujourd’hui des trackers qui ombrent les grands indices des matières premières.

 

Graphique 4 : STOXX Europe 600 Basic Resources Index

STOXX Europe 600 Basic Resources index
Source : Bloomberg

En conclusion

Les pays industrialisés occidentaux traversent une sérieuse vague d’inflation. La hausse des prix des matières premières et la pénurie de composants électroniques expliquent cette tendance. Mauvaise nouvelle pour l’épargnant traditionnel qui voit partir en fumée son argent placé sur son livret d’épargne classique. Pour mettre un terme à cette tendance, il est possible d’opter pour des investissements liés aux matières premières. Ce choix vous permettra de diversifier votre portefeuille.

Geert Van Herck Chief Strategist KEYPRIVATE

Cette communication ne contient ni un conseil d’investissement ou recommandation, ni une analyse financière. Aucune des informations contenues dans cette communication ne doit être interprétée comme ayant une valeur contractuelle d’aucune sorte. Cette communication n’est produite qu’à des fins indicatives et ne constitue en aucun cas une commercialisation de produits financiers. Keytrade Bank ne pourra être tenue responsable des décisions prises sur la base des informations contenues dans cette communication, ou de son utilisation par un tiers. Avant d’investir dans des instruments financiers, veuillez vous informer en bonne et due forme et lire attentivement le document « Aperçu des caractéristiques et risques essentiels des instruments financiers que vous trouverez dans la section « formulaires et documents » sur keytradebank.be.

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

En acceptant notre utilisation des cookies, vous nous permettez de vous assurer une meilleure expérience de notre site, à la fois plus rapide, plus personnalisée et plus sécurisée. Vous pouvez modifier à tout moment ces paramètres dans votre navigateur.