8 ans de Keyprivate : le bilan

Geert Van Herck

Geert Van Herck

Chief Strategist KEYPRIVATE

"Les objets dans le rétroviseur sont plus proches qu'ils ne le paraissent"... et pourtant, tous les conducteurs vous le confirmeront : pour bien avancer, mieux vaut aussi risquer un regard vers l'arrière de temps à autre.

Pour Keytrade Bank, une nouvelle ère a débuté le 1er janvier 2016 avec le lancement de Keyprivate. À l’époque, nous mettions ainsi la gestion discrétionnaire de fortune à la portée d'un très grand groupe d’épargnants. À partir de 15 000 euros, nous leur avons permis de commencer à investir dans des portefeuilles de placements diversifiés en fonction de leur profil de risque. Et nous n'avons jamais arrêté, bien au contraire.

Uniquement pour les personnes fortunées ? Absolument pas !

La gestion de fortune, le private banking... étaient en effet des notions auxquelles de nombreux épargnants ou investisseurs n’avaient peu ou pas accès pendant des années. Il fallait généralement mettre quelques centaines de milliers d’euros (voire quelques millions) sur la table pour bénéficier des services d’un private banker.

En outre, à partir de 2010, les épargnants belges ont dû faire face à des taux d’intérêt ultra-bas sur le livret d’épargne si populaire. Afin de permettre aux investisseurs et aux épargnants d’accéder à un portefeuille diversifié (la diversification étant la meilleure manière de répartir les risques), nous avons lancé, fin 2015, Keyprivate : un portefeuille dans lequel le patrimoine des clients est réparti entre actions, obligations et matières premières à l’aide de trackers.

C’était il y a huit bonnes années. Il est grand temps de faire un bilan intermédiaire.

Quels sont les rendements nets obtenus par Keyprivate ?

Le tableau 1 présente les rendements nets réalisés annuellement pour les 10 profils de risque. Net signifie après déduction des frais de gestion annuels (0,91 % TVA comprise) et des taxes (boursières).

Nous avons enregistré de beaux résultats au fil des années, même si 2019 a été une exception. En raison d’une politique d’investissement trop défensive, nous étions à la traîne par rapport à nos principaux concurrents cette année-là. Une analyse des résultats des fonds de 2019 réalisée par De Tijd nous apprend qu’en 2019, un fonds neutre a réalisé un rendement d’environ 12 %. Pour un fonds dynamique, ce chiffre atteignait 17 %.

Tableau 1 : rendements nets annuels Keyprivate 01/01/2016 - 31/12/2023

Keyprivateniveau de risque20162017201820192020202120222023
Très modéré
3
2,37%
2,24%
-6,65%
4,90%
-1,90%
10,29%
-10,10%
7,38%
Equilibré
5
4,63%
4,64%
-4,84%
5,02%
-1,92%
12,37%
-10,20%
9,36%
Dynamique
7
7,52%
7,13%
-7,78%
7,11%
-1,44%
15,12%
-9,35%
11,70%
Très agressif
10
5,47%
8,99%
-8,84%
6,17%
1,16%
16,62%
-10,85%
14,06%
Source : Keytrade Bank

Le tableau 2 présente le rendement annuel net moyen depuis le 1er janvier 2016. Le 1er janvier 2016, un investisseur qui plaçait 15 000 euros dans un profil équilibré (profil 5) a vu la valeur du portefeuille grimper à 17 755 euros au 31 décembre 2023.

Un investisseur dynamique qui plaçait également 15 000 euros dans un profil dynamique (profil 5) a pu enregistrer une hausse à 19 615 euros au 31 décembre 2023.

Avec ces rendements nets annuels moyens, nous tenons notre promesse dès le départ. « Si vous investissez dans un portefeuille diversifié, vous obtiendrez un meilleur rendement que le livret d’épargne », comme nous l’affirmions dès le départ.

Bien entendu, beaucoup d’entre eux formuleront la réflexion suivante : « Eh bien, ce n’est pas si difficile de faire mieux que 0,11 % ! »

Ils marquent certainement un point, mais supposons qu’en janvier 2016, vous saviez :

  • qu’un certain Donald Trump deviendrait président américain en 2016. Pour rappel, tous les économistes et observateurs boursiers de l’époque affirmaient que l’élection de Trump serait le pire scénario possible pour la bourse ;
  • qu’une pandémie telle que la COVID en 2020 mettrait l’économie mondiale à l'arrêt ;
  • qu’une guerre sur le sol européen éclaterait en 2022 ;
  • que le marché obligataire connaîtrait en 2022 le crash le plus grave depuis les années 30 ;
  • que les banques centrales aux États-Unis et en Europe abandonneraient leur politique de taux zéro.

Nos questions :

  • En tant qu’investisseur, auriez-vous opté pour un investissement dans Keyprivate ?
  • Ou vos émotions vous auraient-elles plutôt orienté vers un livret d’épargne ?

Vous seul(e) connaissez la réponse. Nous tenons surtout à signaler que beaucoup de choses se sont passées ces dernières années.

Tableau 2 : rendement net annuel moyen Keyprivate depuis le 01/01/2016

CAGR (Compound annual growth rate)depuis le 01-01-2016
niveau de risque 3
0,86%
niveau de risque 5
2,13%
niveau de risque 7
3,41%
niveau de risque 10
3,67%
Source : Keytrade Bank

Enseignements tirés de 2019

Nous avons déjà mentionné qu’en 2019, nous avions adopté un cours beaucoup trop défensif. Nous avons donc accumulé un retard par rapport à nos concurrents, ce qui nous a amenés à nous remettre en question et à remettre en question notre approche d’investissement au sein de Keyprivate. Notre modèle était-il suffisamment agile en cas de reprise spectaculaire en bourse, plus particulièrement sur ce que l’on appelle les V-curves ? Une nouvelle version a suivi en 2021. Celle-ci nous a en effet permis d’intervenir plus rapidement. Quelques années plus tard, nous osons affirmer que cette nouvelle approche porte clairement ses fruits.

Nous le déduisons notamment du tableau 3. Celui-ci donne les rendements nets obtenus depuis janvier 2021. C’est à ce moment-là que nous avons lancé notre nouvelle approche et nous pouvons affirmer que les rendements nets obtenus au cours des trois dernières années font partie des meilleurs du marché belge. Ne perdez pas de vue que les fonds de pension belges, quel que soit leur profil, ont perdu en moyenne près de 16 % en 2022.

C’est particulièrement important pour les personnes qui hésitent encore à passer à un portefeuille de placements diversifié. Le retard accumulé en 2019 a été rattrapé ces dernières années et nous avons certainement l’intention de poursuivre sur cette voie. Cela va de soi !

Tableau 2 : rendement net annuel moyen Keyprivate depuis le 01/01/2021

CAGR (Compound annual growth rate)depuis le 01-01-2021
niveau de risque 3
2,13%
niveau de risque 5
3,33%
niveau de risque 7
5,25%
niveau de risque 10
5,85%
Source : Keytrade Bank

Ces chiffres sont-ils assez parlants et clairs ?

Sachez que chez Keytrade Bank, nous avons notre propre équipe Keyprivate. Pour toutes vos questions concernant Keyprivate, appelez nos collègues au 02 679 91 11 (du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h) ou envoyez un e-mail à l’adresse keyprivate@keytradebank.com.

Cette communication ne contient ni un conseil d’investissement ou recommandation, ni une analyse financière. Aucune des informations contenues dans cette communication ne doit être interprétée comme ayant une valeur contractuelle d’aucune sorte. Cette communication n’est produite qu’à des fins indicatives et ne constitue en aucun cas une commercialisation de produits financiers. Keytrade Bank ne pourra être tenue responsable des décisions prises sur la base des informations contenues dans cette communication, ou de son utilisation par un tiers. Avant d’investir dans des instruments financiers, veuillez vous informer en bonne et due forme et lire attentivement le document « Aperçu des caractéristiques et risques essentiels des instruments financiers que vous trouverez dans la section « formulaires et documents » sur keytradebank.be.

D'autres articles qui pourraient vous intéresser