En acceptant notre utilisation des cookies, vous nous permettez de vous assurer une meilleure expérience de notre site, à la fois plus rapide, plus personnalisée et plus sécurisée. Vous pouvez modifier à tout moment ces paramètres dans votre navigateur.

Coronablog Geert Van Herck:
Pas de bonus de diversification pour l’immobilier

Cet article a été publié:

20/05/2020

Aujourd’hui, nous allons examiner les performances boursières du secteur immobilier européen. Ce qui ressort souvent est que l’immobilier offre de grandes opportunités de diversification à l’heure où les investissements en bourse sont plus difficiles. Après tout, l’immobilier est considéré comme un actif tangible qui génère un revenu prévisible – comme des loyers mensuels. Mais est-ce vraiment le cas ?

Malheureusement non. Cette croyance ne se vérifie pas. Le graphique ci-dessous nous montre que l’indice du secteur immobilier européen a subi une sérieuse correction en février et mars. Celle-ci était de 30% à 40%. Ces dernières semaines, cela a suivi par une reprise horizontale plutôt faible.

Les investisseurs qui ont diversifié une partie de leur portefeuille dans l’immobilier étaient (et sont) prêts pour cela. On a également constaté le même schéma lors de la crise financière de 2007-2009.


Graphique 1 : indice STOXX Europe 600 Real Estate


Source : Bigcharts

Comment expliquer cette situation ?

Pour répondre à cette question, jetons un œil aux actions les plus importantes de cet indice. Ensemble, celles-ci représentent les 2/3 de l’indice. Principalement des noms allemands, anglais et français, dont la majorité est active dans la location de bureaux et d’entrepôts.

Le déclenchement de la crise du coronavirus a entraîné un arrêt brutal de l’activité économique. Les entreprises industrielles ont arrêté leur production, les magasins ont fermé et des articles parus dans la presse annonçaient que des chaines de magasins ne voulaient pas payer leurs loyers pendant plusieurs mois. Cela a provoqué une onde de choc dans le secteur de l’immobilier, car le revenu de nombreuses entreprises du secteur provient de la location d’entrepôts et dans les centres commerciaux.

Même les propriétaires d’immeubles de bureaux ne sont pas épargnés. La crise du coronavirus semble montrer que le télétravail n’apporte pas tant de difficultés et les entreprises pourraient penser, à l’avenir, à louer moins de bureaux. Comme vous le savez, les investisseurs anticipent sur l’avenir. Un secteur immobilier qui deviendrait « plus maigre » explique probablement pourquoi les investisseurs ont vendu en masse des actions liées à ce secteur.


Tableau 1 : les plus importantes positions de l’indice STOXX Europe 600 Real Estate


Source : STOXX Europe

Notre conclusion

L'immobilier n'a pas apporté de bonus de diversification lors de la dernière correction boursière. La raison principale est que les investisseurs n’ont plus autant confiance en leurs investissements et craignent que le secteur ait du mal à maintenir les flux de trésorerie traditionnels à la norme.

Geert Van Herck
Chief Strategist KEYPRIVATE




Cette communication ne contient ni un conseil d’investissement ou recommandation, ni une analyse financière. Aucune des informations contenues dans cette communication ne doit être interprétée comme ayant une valeur contractuelle d’aucune sorte. Cette communication n’est produite qu’à des fins indicatives et ne constitue en aucun cas une commercialisation de produits financiers. Keytrade Bank ne pourra être tenue responsable des décisions prises sur la base des informations contenues dans cette communication, ou de son utilisation par un tiers. Avant d'investir dans des instruments financiers, veuillez-vous bien informer et lire attentivement le document Aperçu des caractéristiques et risques essentiels des instruments financiers que vous trouverez dans la section Formulaires et documents sur keytradebank.be.

 

Découvrez d'autres articles par mots-clés