En acceptant notre utilisation des cookies, vous nous permettez de vous assurer une meilleure expérience de notre site, à la fois plus rapide, plus personnalisée et plus sécurisée. Vous pouvez modifier à tout moment ces paramètres dans votre navigateur.

Coronablog Geert Van Herck :
Sell in May and go away : conseil avisé ou marché de dupe ?

Cet article a été publié:

08/05/2020

En mai, faites ce qu’il vous plaît ! La bourse aussi a son dicton : « Sell in May and go away ». Ce « conseil » qui ne date pas d’hier repose sur l’idée qu’entre les mois de mai et d’octobre, les marchés ne sont pas très florissants. Lors cette période, les investisseurs feraient donc mieux d’en sortir. Mais statistiquement parlant, cette stratégie porte-t-elle ses fruits ?

Commençons par une analyse succincte du tableau ci-dessous, qui indique les rendements du S&P 500 sur plusieurs périodes semestrielles depuis 1950. Clairement, la meilleure période s’étend de novembre à avril : en moyenne, l’indice gagne 7 %. La période de mai à octobre apparaît tout en bas du classement, avec un rendement qui ne s’élève qu’à une fraction de celui de la meilleure période. C’est pourquoi certains stratèges boursiers décident de vendre en mai pour ne réinvestir qu’en novembre.


Tableau 1 : rendements S&P 500


Source : LPL Research

Mais est-ce bien judicieux ? Le tableau nous donne bien deux raisons de continuer à investir entre mai et novembre :

  1. Un rendement moyen de 1,5 % est quand même un rendement positif. Est-il vraiment conseillé de sortir du marché ?
  2. Un rendement positif a été réalisé dans 64,3 % des périodes entre mai et novembre. C’est presque les deux tiers.

Avec ces statistiques à l’esprit, il ne nous paraît donc pas profitable de nous tenir à l’écart pour les six mois à venir. D’autant que les rendements des dix dernières années méritent d’être examinés de plus près.

Le tableau 2 reprend les rendements du S&P 500 de mai à octobre sur les dix dernières années. Il confirme les statistiques indiquées ci-dessus : ces rendements ont été positifs 7 années sur 10. Seule l’année 2011 a été mauvaise et avec -0,3 %. Et on ne peut pas dire que 2010 et 2015 aient vraiment été négatives : c’était plutôt un statu quo.


Moralité : l’investisseur avisé se garde des dictons boursiers !

Tableau 2 : rendements S&P 500 (mai-octobre)


Source : LPL Research

Est-ce à dire qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir pour les mois à venir ? La scène boursière est-elle sans danger ?

Nous pouvons être l’avocat du diable en invoquant une raison d'être prudent : notre fameux graphique de tendance de l’indice MSCI ACWI trahit un mouvement à la baisse. Fin avril, cet indice cotait en effet sous la moyenne à 12 mois. C’est un cas d’école de la tendance baissière.

La prudence semble donc de mise. Bien sûr, nous ne voulons pas dire par là que tous les investisseurs feraient mieux de jeter leurs actions par-dessus bord. Cependant, une position en liquidités un peu plus élevée ou une composition de portefeuille un peu plus défensive ne peuvent sans doute pas faire de mal.


Graphique 3 : graphique mensuel indice MSCI All Countries World (USD, indice de rendement total)


Source : Bloomberg

Que pouvons-nous en conclure ?

« Sell in May and go away » est plutôt un proverbe populaire qu’une stratégie d’investissement éprouvée. Il est vrai que d’un point de vue historique, la période de mai à octobre est une période de rendements relativement faibles ; néanmoins, ces rendements s’avèrent positifs deux années sur trois.

En revanche, la tendance baissière actuelle qui se manifeste sur plusieurs marchés semble justifier une politique d’investissement un peu plus défensive.


Geert Van Herck
Chief Strategist KEYPRIVATE


Cette communication ne contient ni un conseil d’investissement ou recommandation, ni une analyse financière. Aucune des informations contenues dans cette communication ne doit être interprétée comme ayant une valeur contractuelle d’aucune sorte. Cette communication n’est produite qu’à des fins indicatives et ne constitue en aucun cas une commercialisation de produits financiers. Keytrade Bank ne pourra être tenue responsable des décisions prises sur la base des informations contenues dans cette communication, ou de son utilisation par un tiers. Avant d'investir dans des instruments financiers, veuillez-vous bien informer et lire attentivement le document Aperçu des caractéristiques et risques essentiels des instruments financiers que vous trouverez dans la section Formulaires et documents sur keytradebank.be.

 

 

Découvrez d'autres articles par mots-clés