En acceptant notre utilisation des cookies, vous nous permettez de vous assurer une meilleure expérience de notre site, à la fois plus rapide, plus personnalisée et plus sécurisée. Vous pouvez modifier à tout moment ces paramètres dans votre navigateur.

Ne cédez pas à la corona-panique!

Cet article a été publié:

26/02/2020


Les titres des journaux ne mentent pas : le coronavirus se propage et les marchés boursiers sont impactés à court terme. Les investisseurs se demandent s’ils doivent intervenir et ajuster leurs portefeuilles. Notre message est de ne pas céder à l’émotion et de prendre en compte quelques observations.

Regardons d’abord les précédentes épidémies. Nous commençons avec l’explosion de cas d’Ebola en Afrique. Sur le graphique 1, la partie rouge (verte) correspond à la période avant (après) le pic de l’épidémie :

Graphique 1 : Nombre de cas d’Ebola en Afrique de l’Ouest


Comment la bourse a-t-elle réagit à cet événement ? Dans le graphique 2, on voit que pour le S&P 500 (l’indice leader pour le développement des marchés boursiers mondiaux), il y a eu un creux juste avant le pic de l’épidémie mais la bourse s’est ensuite rétablie.

Graphique 2 : S&P 500


Pour le cas du SRAS, nous faisons la même analyse que pour Ebola : la période avant (après) le pique de l’épidémie.

Graphique 3 : Nombre d'épidémie de SRAS


Voici la réaction de la bourse américaine (S&P 500) et des bourses des pays émergents (Emerging Markets).


Graphique 4 : S&P 500

Graphique 5 : Pays émergents (Emerging Markets)

Nous notons ici qu'une correction d'environ 10% s'est produite avant une forte reprise des cours boursiers. Nous constatons également que les pertes liées à la découverte de nouveaux cas de maladie ont été rattrapées assez rapidement. Le dernier cas que nous analysons est celle de la grippe porcine. Cela ne surprendra personne qu’une correction soit rapidement effacée. La panique est encore une fois mauvais conseiller !

Graphique 6 : nombre de cas de la grippe porcine

Graphique 7 : S&P 500


En tant qu’investisseur, comment garder votre sang-froid lors des périodes boursières volatiles ? Une règle générale est de connaître votre propre profil de risque. S’il est difficile de gérer les corrections boursières, vous pouvez limiter et diversifier le poids des actions dans le portefeuille en incluant des obligations et de l’or. Ces dernières classes d’actifs fonctionnent souvent comme des amortisseurs en période volatile. Si vous misez sur des actions, vous pouvez vérifier à intervalles réguliers si la tendance des marchés boursiers est toujours à la hausse. Une technique souvent utilisée est celle de la moyenne à 200 jours (pour les graphiques journaliers) ou la moyenne à 12 mois (pour les graphiques à long terme). Lorsqu’un indice boursier est au-dessus (en-dessous) de la moyenne, c’est une signal d’achat (un signal de vente ou un signal pour accumuler du cash). Pour compléter notre analyse, voici 2 moyennes pour le MSCI All Countries World Index et l’indice mondial pour les actions. Regardons d’abord le graphique journalier pour la tendance à court terme.

Graphique 8 : graphique journalier du MSCI All Countries World Index

Source : Bloomberg


Sur le graphique journalier, nous voyons que l’indice est encore en-dessous de la moyenne à 200 jours et que la moyenne continue à augmenter. C’est pourquoi, nous considérons la volatilité habituelle du marché comme une correction en période de hausse. Tant que l'indice ne descend pas en dessous de la moyenne, nous restons pleinement investis et nous ne voyons aucune raison de passer rapidement à une composition de portefeuille plus défensive.

Graphique 9 : graphique mensuel du MSCI All Countries World Index

Source : Bloomberg


C’est la même histoire pour la tendance sur le graphique mensuel : l’indice est au-dessus de la moyenne à 12 mois, nous n’avons pas encore de signal pour vendre. Le message : continuez à investir ! Notre conclusion : les corrections boursières de 5 à 10 % sont normales et ont lieu chaque année. Ces corrections font partie du jeu : acceptez-les et gardez un œil sur le long terme. Ceux qui vendent sur un coup de tête font souvent une mauvaise affaire. La tendance boursière est toujours orientée à la hausse. Lorsqu’il y a des signes de changement de tendance, la composition du portefeuille peut être ajustée. Cela peut signifier une accumulation de liquidités, une baisse des actions et des investissements dans les valeur de refuges comme les obligations d’Etat ou l’or.

 


Cette communication ne contient ni un conseil d’investissement ou recommandation, ni une analyse financière. Aucune des informations contenues dans cette communication ne doit être interprétée comme ayant une valeur contractuelle d’aucune sorte. Cette communication n’est produite qu’à des fins indicatives et ne constitue en aucun cas une commercialisation de produits financiers. Keytrade Bank ne pourra être tenue responsable des décisions prises sur la base des informations contenues dans cette communication, ou de son utilisation par un tiers. Avant d'investir dans des instruments financiers, veuillez-vous bien informer et lire attentivement le document Aperçu des caractéristiques et risques essentiels des instruments financiers que vous trouverez dans la section Formulaires et documents sur keytradebank.be.

 

Découvrez d'autres articles par mots-clés