En acceptant notre utilisation des cookies, vous nous permettez de vous assurer une meilleure expérience de notre site, à la fois plus rapide, plus personnalisée et plus sécurisée. Vous pouvez modifier à tout moment ces paramètres dans votre navigateur.

Commencer à investir :
comment choisir le bon moment ?

Cet article a été publié:

27/03/2019

Attendre que les rouages de l’économie soient parfaitement huilés ? D’abord rembourser ce prêt hypothécaire ? Patienter jusqu’à ce que les États-Unis élisent un nouveau président ? En tant qu’investisseur, vous préférez naturellement investir votre capital « au bon moment ». Mais quel est ce moment ? Essayons d’y voir plus clair.


1. Entrer en bourse à 25 ans ou à 75 ans : y a-t-il une différence ?


Certainement : plus tôt vous pouvez commencer à investir, mieux c’est. Si vous avez 25 ans, votre horizon de placement est très long. Si vous en avez 75, votre horizon de placement est d’autant plus court. C’est important, car plus votre horizon de placement est long, plus la bourse aura le temps de faire son œuvre et donc, plus votre rendement potentiel sera élevé. Vous investissez 5 000 euros pendant 40 ans ? Votre rendement potentiel est beaucoup plus élevé que si vous investissez ces 5 000 euros pendant seulement 5 ans.

Les investissements impliquent toujours des périodes prospères et des périodes d’infortune. Un horizon de placement plus long donne dès lors à vos placements le temps de traverser les dépressions. Tout investisseur risque de passer par des creux temporaires. Ce mot, « temporaire », est essentiel : à long terme, les actions et les obligations se comportent de façon relativement prévisible. Bien que les hauts et les bas se succèdent à court terme, à long terme, la tendance est clairement à la hausse. Même en comptant toutes les crises boursières – du krach de 1929 à la crise des subprimes de 2008 –, ces 100 dernières années, les actions ont obtenu un rendement annuel moyen de quelque 6 % et les obligations d’environ 2 %. Un horizon de placement étendu n’est donc pas seulement utile pour compenser les fluctuations de la bourse : il favorise aussi vos rendements.

Un autre avantage à entrer en bourse à 25 ans plutôt qu’à 75 ans ? Si votre profil d’investisseur et votre tolérance au risque le permettent, vous pouvez investir de façon beaucoup plus dynamique quand vous êtes plus jeune. Bien que les investissements dynamiques (comme les actions) puissent fluctuer fortement à court terme, à long terme, ils présentent un potentiel de rendement bien supérieur à celui des investissements défensifs (comme les Bunds allemands).

Mais alors, à l’âge de 75 ans, est-il hors de question d’investir ? Pas du tout. À 75 ans, il est certes sage de garder des fonds plus importants à votre disposition, par exemple pour des dépenses médicales imprévues ou en cas de dépression boursière. Cependant, si votre profil d’investisseur vous le permet, vous pouvez aussi entrer en bourse. Vous pouvez par exemple opter pour des placements (plus) défensifs, qui fluctuent moins à court terme. De manière générale, mieux vaut éviter les investissements très dynamiques à un âge avancé : vous devez en effet tenir compte du fait qu’une reprise boursière complète peut durer plusieurs années, ce qui est souvent moins problématique quand vous êtes plus jeune.


2. Les tensions commerciales, le Brexit, le ralentissement de la croissance : ne vaut-il pas mieux attendre que tous ces problèmes soient résolus ?


Les incertitudes sont intemporelles. Les élections engendrent des rééquilibrages politiques. Les nouveautés technologiques affectent la conjoncture économique. Les événements sociaux accélèrent ou ralentissent la croissance… Il y aura donc toujours des changements et des circonstances imprévisibles.

En pratique, les investisseurs se laissent souvent guider par le contexte économique et politique actuel. Mais des événements qui vous retiennent aujourd’hui d’investir pourraient dans quelques années n’être plus qu’une note de bas de page dans l’histoire de notre époque. Pensez par exemple aux tensions avec la Corée du Nord qui se sont maintenant calmées, au coup d’état en Turquie, ou encore à la crise de la dette grecque… Ces circonstances ont perturbé plus d’un investisseur, mais à ce jour, la poussière est en grande partie retombée.

À trop attendre, vous risquez plutôt de perdre des opportunités. Car plus vous guettez « une accalmie », plus votre horizon de placement devient court.


3. N’est-il pas trop tôt ou trop tard pour commencer ? Ou le moment est-il justement bien choisi pour commencer à investir ?


Actuellement, un livret d’épargne ne rapporte pour ainsi dire rien. Cela n’a pas toujours été le cas : certaines années, son taux dépassait les 5 %. Avec les intérêts composés, qu’Albert Einstein qualifiait de la plus grande force de l’univers, vous pouviez ainsi vous constituer un beau capital.

Malheureusement, ces années dorées appartiennent au passé. Et avec la politique de faibles taux d’intérêt que la Banque centrale européenne ne semble pas vouloir modifier, les chances d’une amélioration dans les années à venir sont très minces. En outre, tandis que les taux sont à un niveau historiquement bas, l’inflation augmente : elle s’élève actuellement à près de 2 %. Autrement dit, non seulement votre épargne vous rapporte des clopinettes, mais en plus, elle vous fait perdre du pouvoir d’achat.

Que vous soyez un investisseur débutant ou chevronné, si la crainte de commencer au mauvais moment vous retient, les investissements périodiques peuvent constituer une solution intéressante. Chaque mois (ou chaque trimestre, ou chaque année), vous placez un montant dans un panier avec cinq ou six fonds d’investissement. Vous échappez ainsi au risque d’un « mauvais » timing, car vos étalez vos placements dans le temps. Mieux vaut en effet ne pas investir tous vos avoirs en une fois. Investir périodiquement ne nécessite même pas de gros montants : chez Keytrade Bank, c’est possible dès 25 euros par an dans un plan d’investissement périodique.

Il est cependant important que vous vous teniez au rythme que vous avez choisi – et tout particulièrement si la bourse se porte moins bien, car c’est alors que la plupart des opportunités se présentent. En investissant de manière périodique, vous échappez en outre au risque de baser vos décisions sur le sentiment du marché (acheter quand tout le monde achète, vendre quand tout le monde vend). À long terme, mieux vaut en effet maintenir le cap de votre stratégie de placement et de votre horizon d’investissement plutôt que d’entrer et de sortir du marché à répétition. Le temps est donc plus important que le timing.



KEYPRIVATE : Investir en dormant sur vos deux oreilles

Des actions, des obligations, des espèces, de l’or ? Acheter ou vendre ? Entrer en bourse maintenant ou attendre encore un peu ? En optant pour la gestion de patrimoine, vous confiez toutes ces préoccupations à une équipe de spécialistes en placements. Vos placements font l’objet d’un suivi et d’une adaptation aux circonstances du marché selon une stratégie d’investissement récompensée par un prix Nobel et ce, à un coût bien inférieur à celui des gestionnaires de patrimoine traditionnels.
Découvrez tous les avantages de KEYPRIVATE.



4. Et si j’investissais à court terme ?


Certaines personnes entrent en bourse dans le but de s’enrichir rapidement. Pour y parvenir, il leur faudra en premier lieu beaucoup de chance : elles devront systématiquement acheter au point le plus bas du cours et vendre au point culminant. Le hasard pourra temporairement favoriser ces investisseurs, mais à long terme, la réalité les rattrapera.

N’en déplaise aux boules de cristal et aux superordinateurs : à ce jour, personne ne peut prédire les cours de la bourse à court terme. Pour les produits d’investissement comme les actions (au moins 10 ans) et les fonds (au moins 7 ans), mieux vaut donc investir à moyen ou à long terme. Si vous souhaitez malgré tout investir à court terme, des obligations de qualité en euros peuvent être une option. Mais leur rendement attendu demeure relativement limité.

Investir périodiquement sans avoir à réfléchir au bon moment pour entrer en bourse ? Avec KEYPLAN, vous investissez à votre rythme, dès 25 euros par an.


Cette communication ne contient ni un conseil d’investissement ou recommandation, ni une analyse financière. Aucune des informations contenues dans cette communication ne doit être interprétée comme ayant une valeur contractuelle d’aucune sorte. Cette communication n’est produite qu’à des fins indicatives et ne constitue en aucun cas une commercialisation de produits financiers. Keytrade Bank ne pourra être tenue responsable des décisions prises sur la base des informations contenues dans cette communication, ou de son utilisation par un tiers. Avant d'investir dans des instruments financiers, veuillez-vous bien informer et lire attentivement le document Aperçu des caractéristiques et risques essentiels des instruments financiers que vous trouverez dans la section Formulaires et documents sur keytradebank.be.

Découvrez d'autres articles par mots-clés