En acceptant notre utilisation des cookies, vous nous permettez de vous assurer une meilleure expérience de notre site, à la fois plus rapide, plus personnalisée et plus sécurisée. Vous pouvez modifier à tout moment ces paramètres dans votre navigateur.

Vaut-il mieux acheter ou louer une chambre d’étudiant ?

Cet article a été publié:

23/07/2021

Un kot d’étudiant ouvre un monde de possibilités. Vos enfants doivent moins se déplacer pour se rendre en cours, ils apprennent à vivre de manière indépendante et, surtout, ils échappent à votre regard perçant. Malheureusement, ces plaisirs ont également un prix.

Il ressort du Kotkompas du consultant immobilier Stadim qu’un kot en Belgique coûte en moyenne 400 EUR par mois. On relève toutefois des différences importantes entre les régions et les villes estudiantines. En outre, la qualité de la chambre d’étudiant détermine le montant du loyer (notamment : la distance par rapport aux facultés, la localisation à l’intérieur ou à l’extérieur du quartier étudiant, la situation de la chambre dans le bâtiment, etc.).

Que coûte en moyenne une chambre d’étudiant ?

Flandre Wallonie Bruxelles
Chambre d’étudiant 320 euros 335 euros 385 euros
Chambre d’étudiant + sanitaires individuels 420 euros 370 euros 485 euros
Studio 495 euros 460 euros 560 euros
Moyenne 400 euros 385 euros 455 euros

Faites le compte. Louer un kot pendant trois ans à 400 EUR par mois coûte 14 400 EUR. Pendant cinq ans, 24 000 EUR. Vous avez trois étudiants en kot qui veulent tous passer leur doctorat à Bruxelles ? Dans ce cas, mieux vaut avoir des poches bien remplies.

En Flandre, le loyer moyen des chambres d’étudiants a augmenté de 9 % au cours de ces deux dernières années, selon le baromètre des loyers de la Confédération des professions de l'immobilier. La situation est différente à Bruxelles : les prix sont davantage sous pression et ont même légèrement baissé ces deux dernières années. En Wallonie, il n'y a pas de données régionales disponibles sur l’évolution des prix.

Faut-il acheter ?

Cela vaut la peine d’y réfléchir, certainement si vous avez des enfants qui veulent vivre en kot. Vous ne payez pas de loyer et une fois que vos enfants entreront dans la vie active, vous continuerez à louer la chambre d’étudiant. De cette manière, vous pouvez récupérer votre investissement et viser un rendement supérieur.

En outre, les conditions démographiques futures sont assez favorables pour ceux qui investissent aujourd’hui dans des chambres d’étudiants. Il ressort du Kotkompas de Stadim qu'environ 40 % des étudiants belges vivent en kot à l'heure actuelle. On s’attend à ce que le nombre total d’étudiants augmente dans les années à venir, passant de 470 000 environ en 2020 à plus de 600 000 en 2030, dont 160 000 étudiants internationaux. La poursuite de l’internationalisation des formations universitaires et supérieures y est pour quelque chose. En outre, de plus en plus de formations sont proposées en anglais dans notre pays.

Un crédit pour une chambre d’étudiant ? C’est possible ! Faites une simulation

Cependant, cela n'est pas possible pour une chambre sans sanitaires.

Points d’attention lors de l’achat d’une chambre d’étudiant

Acheter une chambre d’étudiant constitue un investissement à plus long terme. C’est pourquoi il importe d’abord d'analyser attentivement ce marché. Bon à savoir :

  1. Les villes estudiantines sont souvent aussi des villes importantes où les prix de l’immobilier ont fortement augmenté ces dernières années. En outre, il convient de tenir compte du fait que l’offre diffère d’une ville estudiantine à l’autre. Certaines villes souffrent d’une pénurie structurelle ou temporaire de chambres d’étudiants, tandis que d’autres présentent un excédent.
  2. Acheter une habitation et la subdiviser en chambres d’étudiants : telle était souvent la voie prise auparavant par les investisseurs particuliers. Toutefois, plusieurs villes ne le permettent plus ou seulement à des conditions strictes. Elles veulent ainsi éviter que les habitations familiales disparaissent du marché.
  3. S'asseoir sur un bac à bière et partager une douche avec 24 personnes ? C’était peut-être la norme lorsque vous étiez étudiant. Aujourd’hui, les étudiants privilégient plus de confort. Il faut aussi tenir compte de la législation spécifique en matière de ventilation, de sécurité incendie, de sécurité générale (p. ex. pas d’escaliers raides) et des exigences en termes de superficie.
  4. Les étudiants vont et viennent. La location d’une ou plusieurs chambres d’étudiants prend du temps et engendre des tracasseries. L’entretien et les réparations font partie du lot.
  5. Ces dernières décennies, les professionnels ont conquis le marché. Outre ces acteurs privés, de nombreuses universités et hautes écoles disposent d’un grand patrimoine de chambres d’étudiants. En tant qu’investisseur particulier, vous n’êtes donc pas le seul à la recherche d’opportunités.
  6. Pendant les confinements, de nombreux étudiants ont échangé leur kot contre leur chambre à la maison. Il y a lieu de se demander dans quelle mesure les cours en ligne se poursuivront. Il convient de tenir compte de cette considération lors de l’achat d’une chambre d’étudiant. Il est tout à fait possible que les étudiants recherchent de plus en plus de solutions locatives flexibles au lieu de contrats fixes.

Quelles sont les possibilités d'investissement dans les chambres d’étudiants ?

Les chambres d’étudiants existent sous différentes formes.

Plusieurs chambres d’étudiants peuvent être mises en vente comme un seul immeuble de rapport. Cela peut représenter un lourd investissement. Bien entendu, il existe des alternatives comme un seul studio ou un petit appartement.

Une autre option consiste à acheter une chambre dans un projet de nouvelle construction ou d’investissement. Pour une chambre dans un nouveau projet, il faut compter entre 110 000 et 200 000 EUR, selon l’emplacement, le degré de finition, etc. Le rendement est légèrement inférieur (2-4 %) à celui d’une chambre que vous gérez entièrement vous-même (4,5-5,5 %) parce qu’une tierce partie se charge de l’entretien et de la location.

Il est également possible d'investir dans l’immobilier pour étudiants sans briques (et sans étudiants). Il faut investir dans l’immobilier coté en Bourse qui investit, en partie ou en totalité, dans des logements pour étudiants. Parmi les investisseurs belges, la société Xior (spécialisée dans le segment des logements pour étudiants) est la plus connue. Vous pouvez également trouver différents acteurs immobiliers dans les logements pour étudiants en Europe comme en dehors.

Obtenir immédiatement le meilleur taux pour un crédit Faites une simulation sans attendre




Cette communication ne contient ni un conseil d’investissement ou recommandation, ni une analyse financière. Aucune des informations contenues dans cette communication ne doit être interprétée comme ayant une valeur contractuelle d’aucune sorte. Cette communication n’est produite qu’à des fins indicatives et ne constitue en aucun cas une commercialisation de produits financiers. Keytrade Bank ne pourra être tenue responsable des décisions prises sur la base des informations contenues dans cette communication, ou de son utilisation par un tiers. Avant d'investir dans des instruments financiers, veuillez-vous bien informer et lire attentivement le document Aperçu des caractéristiques et risques essentiels des instruments financiers que vous trouverez dans la section Formulaires et documents sur keytradebank.be.

 

Découvrez d'autres articles par mots-clés