En acceptant notre utilisation des cookies, vous nous permettez de vous assurer une meilleure expérience de notre site, à la fois plus rapide, plus personnalisée et plus sécurisée. Vous pouvez modifier à tout moment ces paramètres dans votre navigateur.

7 mythes sur l’investissement

Cet article a été publié:

04/06/2020

  1. Pour investir, il faut être (très) riche


    Avoir beaucoup d'argent en banque n'est pas une condition pour investir. Investir est plus démocratique que jamais : à partir de 25 euros par an, vous pouvez déjà investir périodiquement. C'est un total de 7 centimes d'euro par jour.

    En investissant périodiquement, vous placez un montant dans un ou plusieurs fonds .d'investissement chaque année (ou chaque semestre/trimestre/mois). Un tel fonds est un panier d'actions et/ou d'obligations géré par une équipe de professionnels. De cette façon, vous pouvez investir indirectement dans une large gamme d’actions et d’obligations (d’État) d’un montant limité.


  2. Il faut constamment suivre la bourse pour acheter et vendre à temps


    Le marché boursier zigzague à court terme : les hausses et les baisses alternent constamment. Chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde. Malgré ces fluctuations constantes, la Bourse affiche une tendance à la hausse à long terme ; même si vous incluez les chocs les plus importants (de la crise des années 30 à la crise financière de 2008). Historiquement, il y a eu une nette tendance à la hausse. C'est ce que démontrent notamment les recherches du Credit Suisse.

    L'investissement est fait pour atteindre un rendement potentiel à long terme : sur 5 ans, 10 ans, 20 ans,… Cela signifie que vous n'avez pas à suivre les tableaux de prix tous les jours - cela ne mène qu'à un comportement d'achat ou de vente impulsif. Et cela ne signifie généralement pas que vous devez acheter ou vendre des investissements tous les jours. La patience, le contrôle et la cohérence sont essentiels lorsque vous investissez.

    L'autre extrême - ne pas regarder vos investissements pendant 5, 10 ou 20 ans - n'est pas bon non plus:

    • Votre appétit pour le risque peut augmenter au fil des ans. Par exemple, si vous recevez un héritage et avez donc plus à investir.
    • Votre appétit pour le risque peut diminuer: par exemple, à l'approche de l'âge de la retraite.
    • Vos investissements peuvent devenir déséquilibrés avec l'âge; par exemple, si vos actions (fonds) ont bien performé et que vous avez accumulé un risque trop élevé dans votre portefeuille.
    • Les thèmes d'investissement peuvent devenir obsolètes et de nouvelles opportunités peuvent émerger.

    Il s'agit donc de trouver un équilibre. N'ajustez pas trop votre portefeuille, mais pas trop peu. Pour la plupart des investisseurs, il peut suffire d'analyser leur portefeuille quatre fois par an et de l'ajuster si nécessaire.

    Souhaitez-vous plutôt confier la gestion de votre portefeuille d'investissement à une équipe d'experts, afin de ne pas être surchargé ? C'est aussi possible.


  3. Investir, c’est jouer


    Investir n'est pas la même chose que jouer ou spéculer. Les investisseurs mettent leur capital à la disposition des entreprises ou des gouvernements à titre d'investissement. Un investisseur ne veut pas faire de profit dès le lendemain mais investit volontairement à long terme pour obtenir un rendement potentiel. Un spéculateur ne veut souvent que profiter d'une fluctuation du marché. La spéculation est donc particulièrement risquée et n'a pas grand-chose à voir avec l'investissement. Les fluctuations des taux de change à court terme sont également difficilement prévisibles.


  4. Pour investir, il faut être un expert en économie et en finance


    Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste pour investir. Mais il est important que vous compreniez dans quoi vous investissez et que vous puissiez estimer les avantages et les risques d'un investissement; pour que chaque investissement corresponde toujours à vos objectifs. N'investissez donc pas dans des produits que vous ne comprenez pas ou qui ne correspondent pas aux risques que vous pouvez et ne voulez pas prendre. Investir comporte toujours un risque, car votre capital n'est pas protégé.


  5. Ne pas investir tant que le marché boursier ne s'est pas effondré


    Malgré tous les supercalculateurs et lauréats du prix Nobel, rien ni personne ne peut prédire le marché boursier à court terme. Cela rend la tâche difficile aux investisseurs. Vous préféreriez bien sûr commencer à investir si le marché boursier va augmenter pendant longtemps. Et vous voulez encaisser vos bénéfices juste avant que le marché boursier ne connaisse une baisse. Malheureusement, il n'y a pas de recette pour augmenter vos chances d'avoir un «bon» point d'entrée et de sortie.

    Une guerre commerciale, une épidémie, des troubles politiques... Les incertitudes sont intemporelles. Et sont donc aussi spécifiques à l'investissement. Cependant, les incertitudes qui peuvent désormais vous empêcher d'investir peuvent s'avérer peu ou pas pertinentes à long terme. Des opportunités peuvent être perdues simplement en attendant.

    Un retard dans l'investissement n'améliore pas votre décision d'embarquement. Cela ne fait que raccourcir votre horizon d'investissement et la période au cours de laquelle vous pourrez peut-être obtenir un rendement potentiel. Si la peur du timing vous empêche de commencer, investir périodiquement peut être une option.


  6. Investir n’est pas (plus) pour mon âge


    Vous investissez uniquement avec de l'argent dont vous n'avez pas besoin sur le long terme. Cet horizon long est nécessaire pour donner à vos investissements le temps de se remettre en cas de période de vents contraires en bourse, comme avec la crise financière en 2008 ou celle du coronavirus en 2020. Avez-vous des dépenses importantes dans les années à venir, telles que acheter une nouvelle voiture ou maison? Alors vous feriez mieux de ne pas investir cet argent.

    Les investissements sont pour tous les âges. Quand vous êtes (plus) jeune, vous avez un avantage très important : le temps. Si vous pouvez d'abord mettre un horizon d'investissement très long, vous pouvez opter pour des investissements dynamiques, comme les actions (fonds). Les actions (fonds) sont généralement plus risquées que les obligations (fonds). Mais en même temps, ils ont également un rendement potentiel plus élevé. Bien que les pics et les creux puissent être plus marqués à court terme, le rendement attendu est plus élevé.

    En vieillissant, il peut être intéressant de changer une partie de vos investissements dynamiques pour des investissements défensifs. Bien que le potentiel de retour soit plus faible, le niveau de risque l'est aussi. Après tout, vous devez tenir compte du fait qu'une reprise complète du marché boursier peut prendre plusieurs années, alors que ce n'est généralement pas un problème à un âge plus jeune.

    Être jeune ou vieux est bien sûr relatif. Surtout parce que notre espérance de vie augmente. Cela signifie que votre horizon d'investissement peut être plus long que vous ne le pensez. Une règle fréquemment utilisée est la règle empirique 50-50-50: si vous avez 50 ans, conservez 50% d'actions (fonds) et 50% d'investissements moins risqués (espèces, immobilier, obligations).


  7. Investir, c’est cher


    De nombreux Belges n'investissent pas car ils pensent que les coûts sont trop élevés et que le rendement est donc faible. Il est vrai que dans certaines banques, les frais d'entrée, de sortie et de garde peuvent peser lourd. C'est pourquoi vous devriez choisir une banque qui utilise des taux bas. L'ouverture d'un compte de trading avec Keytrade Bank est gratuite. Vous ne payez pas de frais de garde et il n'y a pas de frais annuels impliqués. Tous les tarifs peuvent être trouvés dans cet aperçu.





Cette communication ne contient ni un conseil d’investissement ou recommandation, ni une analyse financière. Aucune des informations contenues dans cette communication ne doit être interprétée comme ayant une valeur contractuelle d’aucune sorte. Cette communication n’est produite qu’à des fins indicatives et ne constitue en aucun cas une commercialisation de produits financiers. Keytrade Bank ne pourra être tenue responsable des décisions prises sur la base des informations contenues dans cette communication, ou de son utilisation par un tiers. Avant d'investir dans des instruments financiers, veuillez-vous bien informer et lire attentivement le document Aperçu des caractéristiques et risques essentiels des instruments financiers que vous trouverez dans la section Formulaires et documents sur keytradebank.be.